La ménopause se définit par l'absence de règles pendant au moins 12 mois et survient vers 50 ans. Elle est due à une carence en œstrogène.

 

Elle débute avec une période charnière : la pré-ménopause, qui peut durer de deux à quatre ans. Elle se distingue par des signes qui surviennent entre 45 et 50 ans, et qui sont dus à une carence en progestérone, une des hormones féminines : alternance de cycles courts et longs (les règles sont donc irrégulières), syndrome prémenstruel (seins douloureux et humeur variable, personne irritable), et bouffées de chaleur, plus ou moins bien acceptées et tolérées.

Elles se traduisent par une brusque sensation de chaleur, suivie d'une rougeur, de sueurs et de frissons. Elles sont généralement brèves, souvent occasionnelles mais parfois très fréquentes. Souvent de manifestation nocturne, elles perturbent le sommeil et les émotions de la femme. Elles peuvent être parfois favorisées par la prise de repas, d'alcool, etc...

 

Il faut éviter tant que possible la prise d'hormones conseillée par les gynécologues et médecins allopathes. Il est évident qu'il faut continuer d’être suivie régulièrement, et si le spécialiste conseille un traitement à base de progestérone, opter  pour un traitement externe (application de crème) plutôt que par voie orale. Les effets secondaires possibles seront bien moins importants.

 

Pour la consultante qui débute cette phase de pré-ménopause, il faut prendre régulièrement des gélules d'huile d'ONAGRE, si possible associée à l'huile de BOURRACHE et à de la vitamine E, ceci pour conserver l'élasticité de la peau, et pourront régulier les premiers troubles.

Des massages à l'huile d'ONAGRE seront également efficaces sur la poitrine douloureuse, additionnée d'huile essentielle de PALMAROSA.

Si les règles sont effectivement très irrégulières, le GATTILIER, pris en seconde moitié de cycle, à raison de 2 gélules matin et soir, avec un verre d'eau, pour compenser les déficiences en progestérone.

Le macérât glycériné de GUI sera adapté à la femme en pré-ménopause ainsi que lors de la ménopause.

Une infusion d'ARMOISE, à raison d'une à deux tasses par jour, sera utile pour réguler les règles.

Des gélules de HOUBLON seront efficaces sur les bouffées de chaleur, à prendre notamment le soir.

Pour lutter contre la rétention d'eau possible lors de cette étape, la PRELE et les QUEUES de CERISE, en infusion, ou en gélules, auront un effet diurétique certain.

La prise régulière de graines germées d'ALFAFA ne peut qu’être bénéfique pour son action sur les troubles liés à la ménopause ainsi que l'ostéoporose.

Deux cuillers à soupe d'hydrolat de SAUGE OFFICINALE dans de l'eau froide, en une seule ou deux prises, pourront réguler le cycle, l'appétit et la transpiration.

Si la personne prend du poids, on pourra ajouter du GENEVRIER ou du CYPRES, mais surtout penser à la PILOSELLE et à l'ORTHOSIPHON (action diurétique, cellulite).

Une supplémentation en Vitamine E serait appréciée, car elle soulage les troubles menstruels. Soit en complément alimentaire, à choisir de préférence naturelle, soit en consommant davantage d'huile de germe de blé, ou du germe de blé (sous forme de paillettes ou de poudre), d'amandes, et de noisette, d'huile de tournesol ; l'avocat et la sardine pourront également être une source possible de vitamine E.

10 à 15 gouttes de POCONEOL n°14 par jour pourraient également aider la personne (action sur les bouffées de chaleur, décongestionnant utérin, dysménorrhées, palpitations avec ou sans céphalées...).

Selon la personne, un complexe de Fleurs de Bach pourra être réalisé ; mais Walnut pourra aider dans cette phase de transition (à raison de quelques gouttes 3 fois par jour).

La pratique d'une activité physique régulière sera importante pour entretenir ce corps en mutation. Elle sera également bénéfique pour le bien-être mental, mis à l'épreuve lors de cette transition dans la vie d'une femme, et en prévention de l'ostéoporose.

S'assurer d'une alimentation équilibrée, dans laquelle on retrouvera assez de fruits et de légumes, de céréales complètes, de légumineuses. Eviter les graisses des pâtisseries, de la charcuterie, les fritures, etc...

Limiter, ou mieux arrêter, les alcools, le tabac.

Conserver une attitude positive : c'est une transition normale dans la vie d'une femme !