Tous les animaux qui ont un système nerveux central dorment. Cela nous est donc nécessaire, vital.

Nous dormons la nuit, dans l'obscurité, et nous vivons le jour, à la lumière.

La mélatonine est l'hormone de notre cerveau la nuit, dérivée de la mélanine produite lors du bronzage, et la sérotonine est l'hormone de notre cerveau le jour. Appelée également hormone du bonheur, cette sérotonine est fabriquée lorsque nous sommes heureux, lors de la marche ou d'un jogging, mais est au contraire consommée dès lors que nous sommes stressés, pressés ou malheureux.

La sérotonine et la mélatonine sont interdépendants l'une de l'autre. Nous avons donc besoin de ces deux hormones, tout comme nous avons besoin de lumière et d'obscurité (dormir avec une lumière allumée empeche la fabrication de mélatonine), et ce cycle de veille/sommeil nous est indispensable.

Le sommeil est un phénomène actif : le cerveau ne se repose pas, mais des zones différentes se mettent en route. Le sommeil est composé de cycles de 90 minutes, avec une phase de sommeil dit lent et une phase de 20 minutes de sommeil paradoxal (durant lequel nous revons). C'est ce sommeil paradoxal qui est le plus réparateur. Bien qu'en nous donnant la sensation de dormir, les somnifères diminuent la quantité de sommeil paradoxal et aggravent donc notre état, et notre dépendance insconsciente à ces drogues...

     Le terme d'insomnie regroupe les troubles qui affectent le sommeil. La durée est variable d'un individu à un autre ; c'est donc la gêne que le manque provoque à la personne en souffrant.

Parmi les symptômes, on retrouve les difficultés d'endormissement, le réveil précoce avec sensation de manque de sommeil, les réveils nocturnes (à la moindre stimulation externe ou réveil prolongé) et/ou la lassitude dans la journée avec ou sans envie de dormir.

Parmi les causes, on peut affirmer qu'elle est généralement provoquée par un état de stress, des tensions psychiques, des angoisses et/ou peurs diverses.

Elle s'installe lors de la dépression (notamment au début), ou peut être due à des maladies, à des douleurs, troubles de la digestion ou de la respiration.

L'abus d'excitants (café, thé, alcool, tabac...) favorise l'insomnie.

 

     Il serait souhaitable que l'"insomniaque" puisse supprimer avant toute chose, avec l'aide de son médecin, tout risque d'apnée du sommeil. Ce syndrome se caractérise par la survenue d'obstructions fréquentes, complètes ou partielles des conduits respiratoires de l'arrière-gorge, durant le sommeil.
Ces obstructions sont responsables d'interruptions (apnées) ou de réductions (hypopnées) de la respiration. Elles entraînent des pauses de respiration pouvant durer de 10 à 30 secondes, voire plus, et se répéter une centaine de fois par nuit. Cela provoque un manque en oxygène. Le cerveau va réagir et réveiller la personne pour qu'elle puisse reprendre sa respiration. Ces éveils sont de courte durée : on parle de « micro-éveils ». Le sommeil est saccadé et de mauvaise qualité. Il en résulte une somnolence et des endormissements incontrôlables pendant la journée.

Dans ce cas, il faudra penser à rééquilibrer l'alimentation, responsable d'un surpoids généralement constaté pour les personnes souffrant de ce problème, et consulter l’oto-rhino-laryngologiste pour vérifier les caractéristiques (taille et position) de la mâchoire, de la langue et du palais.

 

     Il faudra également que le médecin traitant ou le rhumatologue vérifie les1ères et 2èmes vertèbres cervicales, qui peuvent créer des troubles importants d’insomnie si elles sont traumatisées. Ceci relève de l’ostéopathie, chiropractie...

 

     Le sommeil, en naturopathie, est considéré au même titre que l’alimentation, l'exercice, la respiration et la gestion du mental.

La naturopathie peut donc aider l'insomniaque, en considérant la personne dans son entité, son environnement et son alimentation. C'est une stratégie d’ensemble.

Il faudra s’interroger sur les causes profondes qui perturbent le sommeil, restaurer le terrain en profondeur, accompagner la vitalité en individualisant l’action (un bilan de vitalité individuel permet d’aller au fond des choses en passant en revue tous les plans de l’être).

La naturopathie va jouer sur les différents facteurs, qu’il faut connaître pour retrouver un sommeil le plus naturel possible.

Le sommeil a un double rôle : énergétique tout d’abord, car il permet de recharger nos batteries (nerveuses et glandulaires) ; purificateur d’autre part, en assurant un nettoyage quotidien organique. Pour remplir ses deux fonctions, il est essentiel de bénéficier d’un sommeil de qualité et réparateur. Or, stress et contraintes de notre société actuelle font qu’il est aujourd’hui difficile d’y parvenir. Nous sommes pourtant tous en mesure d’en créer les conditions favorables.
Pour retrouver un bon sommeil, il est au préalable essentiel de respecter des rythmes, d’écarter tout élément nuisible et d’être à l’écoute de son propre bio-rythme.

- Les aliments (nature et qualité), la composition et les rythmes influent sur notre sommeil.

Prendre les repas à heure fixe afin d’instaurer un rythme régulier et veillez à ne pas dîner trop tard le soir afin de ne pas perturber la digestion. La fatigue organique, liée à un « manque de nettoyage et de réparation nocturne » peut est en effet être générée par un temps de digestion trop long. Ainsi, plus le repas du soir est pris tard, plus il doit être léger !

Comme nous l'enseigne la chrono-nutrition, l'organisme ne dispose plus d'enzymes le soir d'où l'importance de dîner léger.

Privilégier les aliments suivants : salades, potages, légumes, à compléter avec un peu de céréales ou légumineuses, ou encore d’un peu de poisson, de fromage frais.

Éviter les plats en sauce, ainsi que les aliments industriels (dénaturés qui apportent de nombreuses toxines que le corps aura plus de difficultés à éliminer pendant la nuit), limiter la viande surtout rouge, les charcuteries, les pâtisseries, les fromages ou excès de féculents, ainsi que le café, thé ou chocolat noir (acidifiant et excitant pour l’organisme).

Adopter de préférence une dissociation pour une meilleure digestion : par exemple, pas de protéines et féculents ensemble.

L'organisme, comme nous l'avons vu, dispose de 2 neuromédiateurs pour assurer la qualité du sommeil : la sérotonine et la mélatonine synthétisée dans l'épiphyse à partir de la sérotonine. Cette dernière est une protéine synthétisée à partir du tryptophane. Pour déclencher cet acide aminé, les repas doivent être riches en glucides et faibles en protéines.

Pour obtenir un sommeil réparateur, il est nécessaire de consommer des glucides à bas index glycémique, car les glucides à index glycémique élevé (sucres rapides : sucres, confitures, …) déclenchent une forte sécrétion d'insuline, responsable d'hypoglycémie, qui est un état peu propice à l'endormissement.

Si le dernier repas contient trop de protéines, alors c'est la tyrosine, autre acide aminé, qui augmente et stimule la dopamine, qui dope le cerveau, et donne lieu à une plus grande activité. Les protéines végétales sont de plus à préférer aux protéines animales.

Éviter les fruits à la fin du repas qui provoquent des fermentations.

Veiller à manger dans le calme et la bonne humeur, en prenant le temps de mastiquer, la digestion n’en sera que meilleure. Manger dans une ambiance stressante bloque la digestion ! Attention, une suralimentation nuit au sommeil, une sous-alimentation peut contribuer au réveil en pleine nuit.

Une fois que l’on a mis en place cette hygiène de vie de base, une supplémentation en vitamines, minéraux et oligo-éléments peut être recommandée pour aider à rééquilibrer le terrain (magnésium et vitamines B par exemple pour les terrains nerveux).

- La sieste, ou une micro-pause (se détendre les yeux fermés), peut correspondre pour certains à un véritable besoin physiologique. Elle normalise les rythmes biologiques sans provoquer d'insomnie le soir, à condition qu'elle ne dure pas plus de 20 minutes et qu'elle débute avant 15heures.

- Être à l'écoute de son corps et repérer les signes annonciateurs de sommeil (yeux qui piquent, paupières lourdes, bâillements), et ne pas rater son train de sommeil qui ne passe que toutes les 90 minutes.

- Ne jamais se coucher avec les pieds glacés. Prendre une douche bien chaude ou au moins prendre un bain de pieds chaud. Mettre des chaussettes.

- Se coucher toujours à la même heure si possible, et si possible prendre auparavant un bain, lire quelques pages, écouter de la musique douce…

- La chambre devra être aérée et à une température idéale de 18-19°.

- Éviter les éléments perturbateurs du champ électromagnétique naturel (sources électriques).

Ne pas faire d'écran dans l'heure précédent le coucher (ordinateur, télévision qui ne devrait pas être dans la chambre à coucher).

     Le stress accumulé pendant la journée constitue une source importante de perturbation du sommeil, surtout si on n’a pas réussi à l’évacuer durant la journée. C’est dans la façon de le gérer qu’on se différencie dans le sommeil. C'est pourquoi une activité physique en fin d'après-midi ou après le repas du soir, des respirations ventrales avec des mouvements amples, seraient bénéfiques.

Des séances de relaxation, de méditation ou de yoga peuvent également être bénéfiques.

L’insomnie à heure fixe correspondrait à un organe ou une fonction déficiente alimentée énergétiquement par un méridien pendant 2 heures selon l’horloge chinoise.

L’insomnie entre minuit et 2 heures correspond à un dysfonctionnement de la vésicule biliaire.
Entre 2 et 4 h, c’est le foie, qu'il conviendra de désintoxiquer.
Entre 4 h et 6 h, ce sont les problèmes pulmonaires.


Pour une personne insomniaque, on pourrait envisager un complexe de gemmothérapie, combinant le tilleul (Tilia tomentosa, Bg Mac Glyc.1D 100 gouttes le soir dans un peu d'eau) et le figuier (Ficus Carica, Bg Mac Glyc. 1D 50 gouttes dans un peu d'eau le matin), pour favoriser l'endormissement, calmer les angoisses, et favoriser une bonne qualité de sommeil (il pourra être également donner aux enfants dont le sommeil est agité). En cas d'insuffisance de résultat, on pourra ajouter le macérat de Crataegus oxyacantha (aubépine), le midi.

Le bourgeon de tilleul possède à la fois les propriétés calmantes de la fleur et drainantes de l'aubier. L'extrait concentré de bourgeons de Tilleul possède une action douce, agissant en profondeur sur chaque cellule. Il est bien connu pour son action calmante et s'indique dans tous les cas d'insomnie, spécialement chez les enfants. Il constitue le remède pédiatrique idéal.
Le macérât de tilleul est un draineur remarquable du système nerveux, il contribue à favoriser le sommeil mais aussi à en augmenter la durée. Il est recommandé dans les névroses (angoisses et obsessions). C'est un antispasmodique efficace dans les palpitations cardiaques, la spasmophilie, les hernies diaphragmatiques.

Le bourgeon de Figuier (arbre sacré dans l'Antiquité) est un remède extraordinaire car il agit en profondeur sur notre système endocrinien contribuant ainsi à la régulation de bon nombre de problèmes. Au niveau nerveux, son action calmante est remarquable. C'est un anti-angoisse de premier ordre, utile pour neutraliser les effets du stress, tant intérieur qu'extérieur. Il agit dans tout désordre nerveux (spasmophilie, épilepsie, névralgie faciale, insomnie, …).
Au niveau du psychisme, le macérât de Figuier présente une action caractéristique sur le système régulateur de notre corps que sont les hormones. Actif sur le cerveau, il agit dans la dépression existentielle, l'équilibre neurosensoriel, les affections psychosomatiques, les syndromes subjectifs, l'état général.
Il favorise l'action du tilleul en agissant sur le système énergétique dénommé "Rate - Pancréas" en médecine chinoise.

Parmi les plantes qui ont un effet sur le sommeil et l'insomnie, on peut citer :

- la valériane, qui agit sur la nervosité, le stress ; la valériane étant plus franchement sédative, elle sera prise quand l'anxiété empèche le "lacher-prise"

- la mélisse pour son action relaxante et sédative, qui agit donc sur la qualité du sommeil, l'anxiété

- le houblon, pour ses vertus soporifiques et calmantes (qu'on pourra utiliser aussi bien en infusion, ou en Huile Essentielle à respirer avant le coucher)

- l'escholitzia, qui a un effet bénéfique sur la qualité du sommeil, tant pour l'endormissement que lors de réveils nocturnes ; plante à la plus grande action hypnotique

- l'oranger amer, ou bigaradier, et le tilleul pour leur effet sédatif

- la lavande, pour son activité sédative et anxiolytique

- l'aubépine et l'aspérule odorante pour leur action sédative sur le système nerveux central. L'aubépine est bien connue pour ses propriétés calmantes qui favorisent le sommeil, particulièrement ches les gens sujets aux palpitations et au nervosisme cardiaque.

- la passiflore et la ballote, pour leur action sédative et anxiolytique ; la passiflore étant LA grande plante de l'angoisse et du terrain spasmophile, elle ne fait pas vraiment dormir mais baisse l'anxiété

- le coquelicot, pour ses effets neurosédatifs, peut etre utilisé chez l'enfant de plus de 10 kg en cures courtes.

- l'avoine (Avena Sativa), pour ses propriétés calmantes.



Pour faciliter la reprise et la bonne qualité du sommeil, on pourra dans un premier temps se contenter de ces solutions (infusion et 2 ou 3 macérats).

Pour faciliter le lacher-prise, de gérer votre stress de la journée, et permettre un sommeil de qualité, vous pouvez prendre le soir, deux heures avant le coucher, une association valériane/mélisse de qualité, riche en anti-oxydants, que vous trouverez en cliquant ici.


En cas d'insomnie récalcitrante, ou lors de passages difficiles (changements d'heure, de saison ou de lune, contrariétés excessives, décalages horaires...), on pourra rajouter au choix, au coucher :

– Passiflora teinture-mère : 50 gouttes dans un peu d'eau
– Escholtzia teinture-mère : 40 gouttes dans un peu d'eau
– Valeriana teinture-mère : 15 gouttes dans de l'eau
– Avena Sativa : 40 gouttes dans de l'eau

 

 

     Il est possible aussi de déposer quelques gouttes d’huiles essentielles (lavande vraie, petit grain, mandarine, marjolaine, mandarine) dans un diffuseur, sur un galet ou de l'argile blanche, quelques minutes avant le coucher.

     L’insomnie est un problème de santé qui peut provenir de différents déséquilibres, c’est le travail d’un naturopathe agréé de débusquer les coupables et de corriger le déséquilibre par l’utilisation de produits naturels. Surtout, ne tolérez pas un sommeil de mauvaise qualité et réglez votre problème au plus vite.



En cas d'insomnie, dédramatiser. Noter par écrit ce qui est angoisse, stresse, inquiète, énerve.

Et l'oublier...