Aujourd'hui, l'article sera un travail réalisé par ma fille et sa copine pour présenter et expliquer l'agriculture intensive, raisonnée, biologique et leurs conséquences sur la biodiversité.

     L'agriculture est un processus par lequel les hommes aménagent leurs écosystèmes pour satisfaire les besoins alimentaires en premier de leurs sociétés. Elle désigne l'ensemble des savoir-faire et activités ayant pour objet la culture des terres, et plus généralement l'ensemble des travaux sur le milieu naturel (mais pas seulement terrestre), permettant de cultiver et prélever des etres vivants (végétaux, animaux, champignons, ou microbes), utiles à l'etre humain.

Résultat de recherche d'images pour

L'agriculture intensive :

C'est un désastre du point de vue écologique, mais aussi social, sanitaire et moral.

Elle n'est pratiquée que par 4 agriculteurs sur mille (essentiellement dans les pays du Nord), mais est de plus en plus populaire.

Des dégats écologiques souvent irréversibles :

- pollution des sols : les engrains et autres pesticides (dérivés des armes chimiques...) se retrouvent bien sur dans le cycle de l'eau. La pollution des nappes phréatiques, surtout en Bretagne, oblique parfois à consommer de l'eau minérale (en bouteilles)...

- perte de biodiversité : l'utilisation des pesticides se couple souvent avec l'utilisation de plantes génétiquement modifiées dont on commence à mesurer l'impact sur la biodiversité.

- gaspillage d'eau et de pétrole : il n'est pas rare aujourd'hui, en traversant les champs, de voir des arroseurs géants fonctionner aux heures les plus chaudes. L'agriculture intensive ne prend nullement en considération les données géographiques. Parce qu'elle peut faire pousser n'importe quoi n'importe où et n'importe comment, cela l'oblige à consommer beaucoup de pétrol (dans les transports et l'utilisation des machines) et de pomper dans les nappes phréatiques.

Résultat de recherche d'images pour

Et l'éthique dans tout ça ?

- perte de biodiversité : les races animales, les variétés de fruits et légumes, sont sélectionnées en vue de leur rendement. Sur les 500 variétés de concombre existantes, nous n'en consommons qu'une ou deux...

- penser local : un exemple parlant : l'Algérie en vient à importer les oranges...

Résultat de recherche d'images pour "agriculture intensive"

Menaces sur la santé :

- des épidémies :

Grippe aviaire, vache folle, fièvre aphteuse du mouton, la maladie d'amaigrissement du porc... Tout cela devrait nous amener à repenser l'élevage industriel. Concentrer les animaux favorise la transmission et donc les mutations des virus et bactéries.

- où passent les pesticides ?

Si tous les points mentionnés ne vous ont pas convaincus de la dangerosité de l'agriculture intensice, celle largement pratiquée chez nous, alors vous vous sentirez au moins concernés par les effets sur votre santé.
Les pesticides finissent dans nos assiettes, sous forme de traces, mais ce sont de véritables poisons que notre corps n'expulse pas.

Ainsi l'ingestion de produits organochlorés favorise les tumeurs, les cancers du sein et des testicules, mais aussi la maladie de Parkinson.

Les agriculteurs sont 5 fois plus touchés que le reste de la population...

Résultat de recherche d'images pour

- l'agriculture raisonnée :

A en croire ses adeptes, l'agriculture raisonnée est tout d'abord l'attitude de l'agriculteur qui prend en compte dans ses choix techniques, les règles de la Nature, c'est à dire qu'il s'adapte au fonctionnement de l'écosystème local et des mécanismes de régulation biologique.

Elle cherche à trouver un équilibre entre les objectifs de productivité de l'agriculture moderne et les contraintes d'une agriculture respectueuse de son environnement.

Elle tente par là de se rapprocher de l'agriculture biologique sans toutefois en adopter toutes les contraintes et donc sans pouvoir en revendiquer le sigle ou le nom.

Résultat de recherche d'images pour

Une approche plus réaliste que le bio ?

L'agriculture raisonnée est un mélange de techniques modernes (voire meme de pointe), et de savoir-faire traditionnel, "à l'ancienne". Un agriculteur raisonné utilisera donc par exemple un peu d'engrais chimique à certaines périodes de l'année alors que l'agriculteur biologique, lui, se l'interdit totalement (afin de conserver son label !).
L'agriculture raisonnée a une meilleure réponse aux attentes et aux contraintes de la consommation moderne. Ainsi, la production de produits BIO ne suffit pas en volume ; il faut maintenant importer de plus en plus de produits biologiques de pays étrnagers. Ceci est donc peu bénéfique au bilan écologique des produits...

De plus, les contraintes imposées par la charte du BIO rendent son respect quasi impossible dans certains contextes. Ainsi, l'année 2007 a vu plusieurs agriculteurs BIO se résoudrent à faire face à l'épidémie massive de Mildiou en utilisant des produits chimiques. Ils ont ainsi perdu leur label BIO.  Meme s'ils respectaient le cahier des charges BIO, pour les agriculteurs BIO, ou raisonnés, quelle que soit leur attitude, il faut 3 années avant de retrouver leur label...

Résultat de recherche d'images pour

L'agriculture raisonnée : une étape raisonnable vers le BIO ?

La conclusion naturelle de certains est que l'agriculture raisonnée est pour certains agriculteurs peu soucieuse de la préservation de la Nature, un mode de production auquel ils peuvent se référer sans tou bouleverser.

Pour certains, passer par l'agriculture raisonnée permet, quelques années plus tard, d'envisager une évolution vers l'agriculture BIO.

Le réseau FARRE (forum de l'agriculture raisonnée respectueuse de l'environnement) fait la promotion de l'agriculture raisonnée en France avec environ 1000 membres et 400 fermes de démonstration.

Résultat de recherche d'images pour

L'agriculture biologique :

     Concrètement, l'agriculture biologique proscrit l'utilisation de tout produit additif chimique ou de pesticides, et utilise des engrais ou répulsifs naturels.

     En partant du simple principe que la Nature est bien faite, il s'agit de s'en tenir à des approches de cultures et d'élevages simples, ancestrales, qui combinent le recyclage immédiat ou différé des déchets, l'utilisation de traitements naturels contre les maladies, la récupération des graines, le respect des cycles naturels, la gestion des ressources en eau et le choix de matériaux naturels ou recyclables.

Résultat de recherche d'images pour

     Il n'est pas question de parvenir au produit parfait, mais obtenir un produit authentique, une tomate au bon gout de tomate, une viande savoureuse, qui ne perd pas la moitié de son volume lors de la cuisson, du chocolat au beurre de cacao...

     L'agriculture biologique préserve la biodiverité en proposant des dizaines de variétés de courges ou de fromages sur les étals, et en préservant les environnements dans lesquels sont dirigées les exploitations.

     Elle induit le respect du consommateur, à qui l'on fournit un aliment de qualité, et du producteur qui, par les ventes directes notamment, maintient un prix de vente équitable, qui lui permet de vivre décemment d'un métier qu'il pratique consciencieusement.

     Elle offre à chacun un monde de saveurs et aux enfants un avenir pour le Monde.

     La France est à la traine en Europe, avec seulement 2% de ses surfaces agricoles cultivées en agriculture biologique, contre 5 à 9% en Allemagne, Italie et Pays Scandinaves.

Résultat de recherche d'images pour

Nous pouvons en conclure que l'agriculture biologique est la meilleure qui soit, car elle respecte notre environnement et peut nous préserver une santé durable.

Elle n'est que trop peu représentée en France, mais nous avons bon espoir qu'elle évoluera d'année en année...

Résultat de recherche d'images pour

Merci, les filles, pour cet exposé clair et utile pour chacun !