Quand on pense détox, on pense restriction, on pense tristesse, on pense ...craquer ?

Comme nous l'avons vu dans l'article précédent, pour pallier aux excès alimentaires (et/ou boissons alcoolisées) dus aux retrouvailles lors des fetes de fin d'année, il est bon de nettoyer notre organisme, de lui donner l'occasion de retrouver forme et vitalité ; pour cela, nous pouvons pratiquer des mono-diètes régulières, ce qui n'est pas difficile à mettre en place.

Mais on peut aussi jeûner, mais c'est plus difficile, surtout après ces périodes d'abondance...

     Si on n'est pas malade ou si l'idée de "manquer" (oh ! c'est chose impossible dans notre société d'hyperconsommation !), on n'a pas suffisamment de motivation, non plus. Donc il reste les solutions intermédiaires, par exemple, le jeûne intermittent.

C'est une forme douce de jeûne, que l'on accepte donc plus facilement. C'est l'abstention de nourriture pendant une période plus ou moins longue de la journée et cela à pratiquer tous les jours. Et c'est le meilleur moyen pour retrouver forme, énergie, dynamisme et santé.

Après ces excès alimentaires, on a bien besoin d'aider son organisme à retrouver tout cela.

Alors, comment pratiquer ?

Vous pouvez tout simplement sauter un repas, et tant qu'à faire il vaut mieux sauter l'un des 2 gros repas, votre jeûne n'en sera que plus efficace. Vous ne mangez par exemple qu'au petit-déjeuner et qu'au repas du soir.

C'est préférable plutôt que de sauter le repas du soir ; par contre, c'est l'idéal le dimanche soir...

Une autre méthode privilégie la durée de ce jeûne intermittent et journalier. On reste par exemple 16h sans manger chaque jour. Manger par exemple à 12h et 19h (fin du repas 20h). Entre 20 heures et 12 heures le lendemain, vous avez donc 16 heures de jeûne (c'est le jeûne 16/8). Ce rapport peut évoluer pour aller jusqu'à 17h (17/7) et même 18h (18/6).

Plus la durée du jeûne est longue et plus le jeûne va être efficace.

Vous pouvez mettre ce jeûne en pratique tout en travaillant, car passés les 2 ou 3 premiers jours (car il faut casser le rythme établi), vous travaillerez au contraire plus efficacement. Gain de temps assuré. C'est très facile à faire et ça peut etre tellement bénéfique !...

 Perte de poids, si vous avez stockés : très efficace.

 Nettoyage de tout l'organisme, décongestion du foie, assaissement de l'intestin, etc...

 Le métabolisme va fonctionner à merveille : échanges, transit, circulation...

 La tension artérielle se normalise et les triglycérides, cholestérol et radicaux libres sont en baisse.

 La faim également se normalise car elle diminue petit à petit.

 L'énergie est stimulée, l'esprit est plus clair.

 Stabilisation de l'insuline car les cellules retrouvent leur sensibilité et cela entraîne une baisse de la concentration d'insuline dans le sang. Intéressant pour les diabétiques de type 2.

 Pas d'accoutumance comme dans les régimes Yo-Yo. C'est une nouvelle façon de s'alimenter.

 Et surtout, c'est le meilleur anti-âge connu. Rappelez-vous les expériences sur les souris ou les singes. Ceux qui étaient en restriction calorique vivait jusqu'à 40% de plus que les groupes témoins. Egalement les Hounzas, ou les peuples qui vivent des périodes de restrictions forcées et qui vivent ainsi beaucoup plus longtemps.

 Contrairement au jeûne long qui se pratique normalement en période de maladie et pour se guérir, le jeûne intermittent peut se pratiquer en parfaite santé. Il travaille en préventif. Il protège contre toutes les dégénérescences, Parkinson, Alzheimer ; toutes les cellules deviennent plus résistantes au stress oxydatif.

 C'est un repos hebdomadaire qui permet également de se protéger du cancer. Il réduit les concentrations en IGF1, ce facteur de croissance puissant qui stimule toutes les cellules et les pousse à se multiplier.

 Alors, bien sûr, on peut le pratiquer après des périodes d'excès, aux inter-saisons (printemps et Automne surtout), mais cela peut également être une nouvelle façon de vivre chaque jour et c'est même de cette façon que vous en retirerez un maximum de bienfaits.

 En fait, le jeûne débute à partir de la sixième heure après la fin du dernier repas, et c'est à partir de ce moment-là que des mécanismes biologiques vont s'activer. Ces effets ne portent pas seulement sur la perte de poids comme on pourrait le penser mais aussi sur les maladies inflammatoires comme les rhumatismes (arthrose), l'asthme, les allergies, etc...

Il ne faut pas par contre oublier de s'hydrater correctement :

de l'eau, bien sur (la plus déminéralisée possible), mais également des plantes diurétiques et/ou drainantes...

C'est vital !!



      Il n'est donc pas étonnant que de grands pays comme la Russie ou l'Allemagne se soit lancés dans cette thérapeutique et des équipes médicales travaillent depuis plusieurs dizaines d'années dans ce domaine. Ils ont observé que le jeûne déclenchait une légère augmentation d'adrénaline et de noradrénaline qui génèrent une vigilance accrue, et ceci après seulement 12 heures ce qui explique que le sujet se concentre mieux, réfléchit plus vite. Ils sont partis du principe qu'en temps normal l'organisme contient des cellules endommagées et les détruit en les remplaçant, ce qui accélère le vieillissement. En période de jeûne intermittent ou autre, l'organisme répare les cellules au lieu de les éliminer. Ce jeûne intermittent permet à l'organisme de se régénérer et de réactiver des mécanismes de réparation cellulaire et de ce fait, de ralentir les effets du temps qui passe, le but étant de vivre plus longtemps en meilleure santé.



     Il est évident que pour voir apparaître des résultats il vaut mieux que ce jeûne intermittent soit le plus fréquent, le plus long possible, et tous les jours étant le mieux bien sûr.