Certainement, vous avez fait, tout comme moi, quelques excès lors des fêtes de fin d'année...

Nous mangeons davantage en quantité et probablement en viandes ou poissons de tout genre : saumon fumé, foie gras, volailles, gibier, etc...

     Avec la reprise, il nous faut redevenir raisonnables et penser à libérer ces surplus dans notre organisme.

A partir de demain mardi, la lune sera descendante, donc plus favorable à la libération de ces surplus...

     Nous penserons ainsi à faire un nettoyage détox du foie et des intestins. Celui-ci ne se pratique pas uniquement lors de l'arrivée du printemps, mais également lors de la cure naturopathique de désintoxication (avec notamment de la réflexologie plantaire, de la relaxation...), et après des excès (alimentaires, médicamenteux...).

La a vie moderne fait que nous sommes entourés de molécules étrangères et toxiques à l’organisme (métaux lourds, microbes, médicaments, alcool, additifs alimentaires comme les colorants non naturels, conservateurs, polluants de l’eau, tabac…). L’organisme a mis en place des mécanismes naturels de défense contre ces molécules pathogènes appelées « xénobiotiques ». Les 2 voies d’excrétion majeures de l’organisme sont la voie urinaire (via les reins) et la voie biliaire (via le foie, cependant moins performante que la première).

 

Ah ! Je vous imagine déjà faire une tête affreuse, pensant que un régime détox doit forcément être tristounet, avec une feuille de salade par repas, et sans assaisonnement... Mais pas du tout !!!

 

     L’alimentation est la première des choses à revoir : elle doit apporter un minimum de 30g de fibres par jour (soit l'équivalent de 300 à 500 g de légumes frais, fruits frais, céréales et produits céréaliers complets), et des acides gras essentiels bénéfiques pour la santé, oméga 3, 6 et 9. Cet apport doit être optimal en variant les huiles de bonne qualité, première pression à froid, à base d’olive, colza, noix, sésame, noisette… On préférera l'utilisation de la première pour les cuissons et les autres en mélange, en favorisant l'huile de colza.

Il faut éviter les plats préparés du commerce qui s’éloignent très souvent des aspects qualitatifs recommandés par la présence d’additifs +/- naturels, de matières grasses +/- hydrogénées et saturées, de quantités de sucres simples et sel (pour la conservation) très souvent en excès.

L’apport d’agrumes (pamplemousse, citron, orange…) riches en citrates aux effets alcalins permet de mieux lutter contre le terrain acide et de préserver une fonction hépatique normale. Un jus de citron dans un verre d'eau au réveil ou dans la matinée peut se pratiquer facilement par chacun, hormis pour ceux qui sont faibles, déminéralisés ou maigres.

Si vous devez saler, privilégiez la fleur de sel ou le gros sel au sel fin raffiné, beaucoup plus complets sur les plan micronutritionnel, moins denses en sodium et moins acidifiants.

Evitez de surcharger votre organisme avec des repas en sauce ou des viandes chaque jour : préférez les poissons gras 3 fois par semaine, cuits à la vapeur de préférence.

 

      Les effets antioxydants reposent sur une alimentation diversifiée et variée, équilibrée qualitativement et quantitativement en fonction des besoins particuliers de chacun. Un apport d’aliments peu raffinés, gardant leurs vertus nutritionnelles propres, est le meilleur garant concernant la protection des cellules de votre organisme contre les radicaux libres délétères à haute dose. En effet, les vitamines A, C, E, le sélénium, le zinc… sont des protecteurs naturels !

Dans l'assiette, on privilégiera :
- citron et pamplemousse
- choux, artichauts et tous les légumes verts
- radis noir
- ail
- curcuma
- thé vert (dans une tasse et non dans l'assiette, vous l'aurez bien compris...).

     Il serait bon de pratiquer un jeûne, soit de façon régulière pour un repas dans la semaine (le dimanche soir, par exemple), soit une journée par semaine. Si le simple fait d'envisager cette privation de nourriture est insurmontable, penser à des mono-diètes, plus faciles à mettre en oeuvre, bien que moins efficaces... On ne prendra donc lors d'un repas qu'une seule sorte d'aliments : soit une soupe, soit une assiette de riz nature, soit un fruit cru ou cuit (le fruit cru sera plus riche en vitamines et donc fortifiant, mais le cuit sera plus digeste...).

Cela parait incroyable à réaliser dans notre société de surconsommation, mais tentez l'expérience et revenez m'en parler ! Vous verrez que ce n'est pas si difficile et qu'on s'en porte très bien ainsi...

La phytothérapie a aussi son importance. On peut citer le thé vert, le romarin, le pissenlit, le radis noir, le chardon-marie, la queue de cerise, le bouleau, l’origan, le thym, le desmodium, le chrysantellum… Les épices comme le curcuma, le poivre noir, la cannelle… sont un bon complément.

On pensera également lors de cette phase de désintoxication, à prendre de la chlorella, et des smoothies détox ; et après cette petite période, à régénérer notre organisme par la prise de spiruline et de graines germées.


     Enfin, limiter vos apports d’alcool pendant ces phases de régénération afin de ne pas surcharger le métabolisme hépatique. Et buvez beaucoup... d'eau !!! Toujours faiblement minéralisée, afin de ne pas fragiliser votre organisme.