La naturopathie est une médecine qui envisage notre corps de manière globale et préventive. Son but premier est de préserver la santé par des moyens naturels comme une approche complète de notre alimentation, de l’exercice physique, la relaxation, l’utilisation des plantes et huiles essentielles, des massages, l’hydrologie et bien d’autres encore. 

Un principe important en alimentation est l'association alimentaire.

     L’idée de départ consiste à dire que notre alimentation, aussi diversifiée qu’elle puisse être, est indissociable de notre digestion. Une digestion difficile, trop lente ou trop rapide, entrainera des gênes et des carences alimentaires. Si la digestion se passe mal (mastication bâclée, repas trop gras, trop lourd ou trop acide, digestion gênante (ballonnements et autres phénomènes gazeux des plus agréables) par exemples), l’assimilation des vitamines, des minéraux, des protéines et de toutes les bonnes choses que vous avez mis dans votre assiette sera imparfaite. De cette mauvaise assimilation viendront des carences nutritionnelles.

Les symptômes de la mauvaise digestion sont universels : fatigue après le repas (l’homme n’est pas fait pour être fatigué et mou après le repas, mais au contraire, vibrant d’énergie !), troubles digestifs, acidités, gênes du type ballonnements, flatulences, constipation... Bref, tout ce qui peut vous mettre mal à l’aise après un repas est un signe de mauvaise digestion et donc de mauvaise association alimentaire.

Chaque aliment correspond à une grande catégorie d’aliments, et chaque catégorie d’aliments a :

-          une durée de digestion différente (allant de dizaines de minutes à plusieurs heures)
-          un degré d’acidité différent pour chaque digestion
-          un lieu de digestion différent (l’estomac, l’intestin, etc)

Prenons l’exemple de la catégorie « Fruits ». Les fruits sont des aliments qui se digèrent très rapidement (en quelques minutes) car ils passent par l’estomac sans y rester et sont digérés dans l’intestin grêle.

Mais, si vous mangez vos fruits à la fin du repas (comme la plupart des gens sont habitués à le faire, en Occident notamment), cela va troubler la digestion du fruit.Les aliments pris pendant le repas (légumes, céréales ou autres) sont quand à eux digérés dans un premier temps dans l’estomac.

Si vous mangez un fruit derrière, le fruit va rester bloqué plusieurs heures dans l’estomac en attendant que le reste du bol alimentaire continue sa digestion. Comme le fruit n’est pas censé rester dans l’estomac aussi longtemps, une fois qu’il passera dans vos intestins, il fermentera et sécrétera du sucre puis de l’alcool. Ce phénomène s’appelle la fermentation. Les médecins retrouvent des cas de personnes qui ne boivent presque pas voire pas du tout d’alcool et qui souffrent d’une cirrhose du foie !

     C’est pourquoi les naturopathes conseillent, pour une digestion optimale, de manger les fruits hors des repas. Une heure avant le repas ou quatre heures après celui ci, consommé seul bien évidement. Cette astuce est très facile à mettre en place au quotidien, surtout une heure avant le repas, quand vous commencez à avoir l’appétit qui s’ouvre. Vous pouvez à ce moment là manger les fruits de votre choix, ce qui vous permettra d’assouvir cette petite faim grimpante tout en vous assurant une digestion facile.

Le but de cet exemple était d’illustrer de façon pratique comment la naturopathie peut être appliquée au quotidien, ainsi que de comprendre le raisonnement derrière les règles de la naturopathie.

Quelles sont les bonnes associations alimentaires pour le reste des catégories alimentaires ?

On divise les aliments selon ces catégories :

Protéines fortes viandes, volailles, poissons, œufs, fromages cuits (type comté)
Protéines faibles légumineuses (pois chiches, lentilles, soja, etc), amandes, noisettes
Protéines de fromage frais yaourts, fromages de chèvre frais, de brebis frais, fromages blancs, etc
Farineux forts pâtes, pain, riz, avoine, orge, blé, mais, etc
Amidons faibles biscottes, flocons de céréales, pommes de terre, patates douces, potirons
Fruits acides (type kiwi, orange, citron, abricots), mi-acides (pommes, poires, mangues, pêches) et doux (bananes, figues, raisin)
Légumes tous les légumes verts (broccoli, laitue, chou) ou colorés (poivrons, poireaux, aubergines)
Aliments particuliers melon, pastèque, miel

 

Le tableau ci-après indique en vert les combinaisons favorables et en rouges cellesqui sont à éviter.
Résumé de la planche élaborée par Daniel KIEFFER « Naturopathie la Santé pour toujours ».

 

 

Ces principes peuvent vous être d’une grande utilité si vous souffrez de troubles de la digestion ou que vous souhaitez tout simplement expérimenter cette technique. Je vous conseille de ne pas essayer de changer radicalement votre façon de cuisiner et de manger selon ces bonnes associations mais plutôt d’en essayer quelques unes, sans vous stresser et voir lesquelles vous conviennent ou vous font du bien. Comme pour tout, il vaut mieux essayer petit à petit tout en observant les différences pour votre corps et votre digestion, plutôt que de tout modifier au risque d’être trop chamboulé et dégouté après quelques jours.

 

En guise d’illustration voici des exemples et des principes qui en découlent :

1) Manger les fruits crus loin des repas

Nous l'avons vu plus haut.

A noter la catégorie des aliments particuliers : melon, pastèque et miel. Les pastèques et melons se digèrent extrêmement rapidement (de 15 à 30 minutes), c’est pourquoi il est préférable de toujours les consommer seuls, loin des repas.

2) Eviter une protéine forte avec un farineux fort ( car la digestion en milieu acide de la protéine bloquerait instantanément celle de l’amidon )

Donc, les poissons (protéines fortes) se marient très bien avec des pommes de terre (protéines faibles). Mais pas avec du riz ou des pâtes qui sont des farineux forts !

3) Ne pas mélanger au même repas un aliment acide et un farineux car l’acidité inhibe l’enzyme salivaire débutant la digestion des farineux.

Exemple de mauvais mélanges: tomates puis riz, pâtes sauce tomate…

Les combinaisons suivantes ne sont pas favorables:

Proteines fortes Farineux forts
Poisson, steak, volaille, crustacé, fromage cuit, oeuf Riz, pâte, avoine, épeautre, blé, orge, seigle, pain, sarrasin, millet

Par contre sont acceptables sur le plan digestif :

Proteines fortes Amidons faibles
Poisson, steak, volaille, crustacé, fromage cuit, oeuf Pomme de terre, potiron, châtaigne, patate douce
Proteines faibles Farineux forts
Champignon, soja, lentille, pois frais, tempeh, algue, noix, sésame, tofu, amande, noisette Riz, pâte, avoine, épeautre, blé, orge, seigle, pain,sarrasin, millet

Il est possible d’associer des protéines animales avec des amidons pour favoriser l’assimilation. (ex : poisson / pommes de terre). L’œuf peut aussi s’associer aux farineux (œuf coque / pâtes).

Les légumes cuits ou crus s’associent favorablement avec tout, sauf quelques aliments spécifiques comme le miel, le melon (voir ci-dessus).

Les fromages frais, yaourts autres que de vache (de chèvre, soja, brebis) peuvent être associés avec des fruits ou légumes cuits ou crus. Il ne faut pas les mettre en fin de repas.

4) Les lipides sans excès accompagnent les aliments. Il en faut toujours un peu.

5) Voici quelques combinaisons favorables au même repas qui découlent du tableau

  1. Légumes crus ou cuits avec des moules et des pommes de terre (mais pas des frites !)
  1. Potimarron gratiné au gruyère
  1. Légumes cuits avec céréales, ou légumineuses- céréales (semoule et pois chiches,c’est le couscous végétarien), pour une assimilation optimale des protéines végétales.

6) Menu type respectant les combinaisons alimentaires

Matin :
fromage blanc avec fruits (banane, pomme, poire, fruits de la saison, évitez les oranges ou mandarines en hiver car trop acide) ou banane écrasée avec pomme râpée et poudre d’amande
thé vert ou tisane (thym, romarin, menthe, anis vert,….)

Midi :
jus de légumes en apéritif
crudités
poisson + haricot + pomme de terre

Soir :
crudités
3/4 riz complet ou demi complet, avec 1/4 de lentilles corail (ou autre association légumineuse-céréale), ou couscous végétarien (légumes cuits avec semoule 4/5 pois chiche 1/5)...

     Le régime basé sur les combinaisons alimentaires permet de tenir compte de la physiologie de l’homme qui anatomiquement est plus proche des frugivores que des carnivores. Il est important d’associer les aliments de façon pertinente afin de réaliser la fonction primordiale de l’alimentation : la nutrition de la cellule. C’est donc un compromis entre la physiologie de la digestion et celle de l’assimilation qui offrira la santé.

Sans sombrer dans l’extrême, on peut mettre en place un cadre d’alimentation qui favorise grandement la santé.